Groupe Druidique des Gaules

Bienvenue sur le forum des Druides païens : la vérité dans le coeur, la force dans le bras, l'accomplissement par la parole !


    carnyx

    Partagez

    Belenertos
    Druide
    Druide

    Masculin Messages : 71
    Date d'inscription : 30/08/2011

    carnyx

    Message par Belenertos le Jeu 15 Oct 2015, 07:52

    24heures.ch 12 oct. 2015‎. L’effroyable chant du carnyx fait son retour chez les Helvètes Par Erwan Le Bec.
    Archéologie expérimentale. Forgeron au Musée du fer de Vallorbe, Jean- Marie Corona fait revivre le cor de guerre des Gaulois. Une pièce unique.
    Il a fait trembler à lui seul les légions de César. Le carnyx, redoutable instrument des tribus gauloises, était réputé pour son tumulte infernal et son effrayante gueule de sanglier. Quelque 2000 ans plus tard, cette longue trompe de guerre résonne à nouveau en terre vaudoise, grâce àJean-Marie Corona, forgeron du Musée du fer de Vallorbe. Ce spécialiste en armement a consacré plus de 300 heures pour réaliser un exemplaire unique en son genre. Une première en Suisse.
    ''C’était le talkie-walkie de l’époque, plaisante Jean-Marie Corona. On s’en servait pour effrayer l’ennemi sur le champ de bataille, mais aussi pour communiquer. Ses capacités et sa puissance sont incroyables. Un bon joueur peut obtenir toute une série de tonalités''. Avec sa gueule de sanglier, animal sacré, le carnyx sonnait également durant les assemblées et les cérémonies. ''Il servait assurément à coordonner des manœuvres ou donner des ordres, abonde Thierry Luginbühl, professeur d’archéologie provinciale à l’Université de Lausanne. Il y avait tout un vocabulaire qui lui était lié''.
    Prouesse technique
    A l’origine du son primitif sortant de ce long tube de bronze, se cache une technologie pointue. ''En métallurgie, on doit tout aux Celtes. La seule chose qu’ils n’ont pas inventée c’est le fer à souder électrique, assure Jean-Marie Corona. Le carnyx était composé de plaques de 0,3 à 0,8 mm d’épaisseur. Il était fait de pièces brasées difficiles à réaliser, avec un alliage qui variait d’un tube à l’autre. On ne peut être qu’admiratif''. Cette reconstitution, la plus aboutie à ce jour, aurait été impossible il y a quelques années. Jusqu’à la découverte deplusieurs carnyx en excellent état de conservation dans un sanctuaire antique de Corrèze en 2004, les spécialistes ne disposaient que de fragments et de rares représentations. Il manquait notamment les impressionnantes oreilles du sanglier. Dans la bande dessinée Astérix, le malheureux carnyx du barde Assurancetourix n’en a d’ailleurs pas.
    Un atelier à La Sarraz
    Dans son atelier de La Sarraz, le forgeron s’est basé sur les dernières études et sur le suivi d’Anika Duvauchelle, archéologue au Site et Musée romain d’Avenches. «Ce genre de reconstitution est un apport essentiel à la recherche, relève la spécialiste, c’est important pour comprendre le travail des artisans de l’époque. Il y a les questions d’ordre technique, mais aussi les déchets et les outils utilisés.» En l’occurrence il a fallu en créer. Jean-Marie Corona a développé des poinçons ad hoc, travaillé la gueule au repoussé sur une plaque de plomb. L’œil a été fait avec du charbon de mine. Tout a été martelé avec des outils vieux d’un siècle. Un travail énorme.
    Le précieux carnyx «helvète» doit désormais servir au sein de l’association Viviskes, troupe de reconstitution anthropologique celtique qui l’a commandé il y a plus d’un an. «Il faut comprendre comment on s’en servait, conclut Thierry Luginbühl. L’expérimentation a une vraie valeur scientifique. On est dans le ressenti profond de l’effroi qu’il suscitait.» (24 heures)
    Jouer du carnyx: on a testé pour vous
    On ne manipule pas un monstre sacré comme une simple trompette. D’abord, impossible de poser au sol ce tube de 1,90 m de haut et lourd de 4 kg: le tube inférieur de l’instrument plierait sous la charge. ''On en a d’ailleurs peu retrouvé, note Jean-Marie Corona. Visiblement, ils ont eu les mêmes problèmes que nous à l’époque''. Ensuite, soulever le pesant instrument, et tenir sur la durée. Et dire qu’à l’époque on en jouait même à cheval et en chargeant l’adversaire… L’embouchure, faite à la cire perdue, est unique en son genre. Formé avec un tube courbe, il demande un souffle parfaitement maîtrisé et un positionnement des lèvres qui ne laisse rien au hasard. On s’époumone et on recommence. Le son grave du carnyx finit par sortir. La hure et les oreilles arrondissent presque ce chant surprenant et profond. Les mains vibrent en même temps que le son se forme dans les minces tubes en métal. Rien à dire, on a l’impression de donner naissance à une mélodie directement sortie des siècles.
    Dans le texte
    L’historien grec Polybe donne un aperçu saisissant des carnyx au combat, à la bataille de Télamon en 225 av. J.-C.: '' L’aspect de l’armée gauloise et le bruit qui s’y faisait glaçait d’épouvante. Le nombre des cors et des trompettes était incalculable; en même temps, toute l’armée poussait de telles clameurs que l’on n’entendait plus seulement le son des instruments et les cris des soldats, mais que les lieux environnants, qui en renvoyaient l’écho, semblaient ajouter leur propre voix à ce vacarme. Une chose non moins effrayante, c’étaient l’apparence et les mouvements des hommes nus placés au premier rang: ils étaient tous d’une force et d’une beauté extraordinaires, tous parés de colliers et de bracelets en or; si bien qu’à leur vue les Romains étaient saisis de frayeur''.

      La date/heure actuelle est Dim 22 Oct 2017, 13:45